Le guide de votre bien-être à domicile

Douleur articulaire

Les types d’articulations

femme docteur

© Yuri Arcurs - iStockphoto

Avant de voir en détail les différentes articulations composant le corps humain, il paraît utile de définir ce qu’est une articulation : « Une articulation est la jonction entre deux os. » et également : « La jonction de deux parties du squelette leur autorisant une mobilité relative. »
  1. Les articulations mobiles
  2. Les articulations fibreuses
  3. Des risques variables

Notre corps est composé de multiples articulations, toutes aussi importantes les unes que les autres pour nous permettre de nous déplacer. Elles s’articulent pour faciliter nos mouvements en permanence, tant au niveau des membres supérieurs qu’inférieurs.

Il existe en fait deux grandes catégories d’articulations : mobiles et fibreuses. Chacune d’entre elles va se subdiviser en plusieurs catégories. Voyons plus en détails quel est leur rôle.

Les articulations mobiles

Les articulations mobiles : elles font manœuvrer notre corps en permanence, tout en étant parfois qualifiées « d’immobiles ».Cela mérite une explication, n’est-ce pas ?

Les articulations dites « mobiles » sont au nombre de trois : les articulations mobiles, semi-mobiles et immobiles.

Les articulations mobiles sont celles qui vous permettent d’effectuer de nombreux mouvements. On appelle cela la diarthrose : les os sont maintenus par des capsules fibreuses, ce qui permet leur extension. Les plus connues sont le coude et le genou.

Les articulations semi-mobiles : contrairement aux précédentes, elles ne permettent pas de faire beaucoup de mouvements. On les qualifie d’articulations à faible déboîtement ou amphiarthrose. On citera comme exemple les articulations qui se situent entre les côtes et le sternum.

Les articulations immobiles (ou synarthrose) qui, elles, ne permettent aucun mouvement. Parmi elles, on trouve par exemple les os du crâne. En effet, lorsque la phase de croissance est terminée, tous les os qui constituent la boîte crânienne se soudent et les articulations se fixent définitivement.

Les articulations fibreuses

Intéressons-nous maintenant à la seconde grande catégorie d’articulations, constituée par les articulations fibreuses.

On en dénombre également trois : les articulations fibreuses, cartilagineuses et synoviales.

Le rôle des articulations fibreuses

Les articulations fibreuses sont, comme leur nom l’indique, composées de tissus fibreux : il est à noter que les os sont unis entre eux par ce fameux tissu fibreux. On recense trois types d’articulations de ce type : la suture, la syndesmose, la gomphose.

Voyons quel est leur rôle respectif.

La suture est une articulation immobile : le tissu fibreux qui la compose est par contre très dense. Ce sont les os du crâne que nous évoquions précédemment qui sont reliés entre eux par ces sutures.

La syndermose fait partie des articulations semi mobiles. Le terme « syndesmos » dont elle provient signifie « ligament ». Dans cette articulation, l’écart entre les os et le tissu fibreux s’avère plus important que dans la suture.

La gomphose se singularise totalement, puisque c’est la seule articulation qui se situe entre la dent et la mâchoire, et on ne la retrouve donc nulle part ailleurs dans le corps humain.

Le rôle des articulations cartilagineuses

Les articulations cartilagineuses sont composées de cartilage hyalin ou de fibrocartilage (tissu à la fois fibreux et cartilagineux).

Il est à noter que ces articulations se divisent elles-mêmes en deux catégories : les articulations cartilagineuses primaires et les articulations cartilagineuses secondaires.

Les primaires sont des articulations immobiles qui n’autorisent que peu de mouvements. Parmi elles, on recense les sutures, les gomphoses et les synchondroses.

Les secondaires sont des articulations semi mobiles. Comme leur nom l’indique, en termes de mobilité, elles se situent entre les articulations mobiles et immobiles. On y trouve les syndesmoses et les symphyses (articulations élastiques peu mobiles).

Le rôle des articulations synoviales

Enfin, les articulations synoviales. Leur caractéristique principale consiste à unir les os entre eux grâce à ce que l’on appelle des capsules articulaires revêtant différentes formes. Ces capsules sont elles-mêmes composées d'une couche fibreuse et d'une membrane séreuse synoviale. Cette dernière sécrète un liquide très lubrifiant appelé la synovie. Dans une articulation comme le genou par exemple, l’articulation contient un tissu adipeux : il renferme ce liquide synovial (ou synovie) qui va en quelque sorte « graisser » les faces de la capsule articulaire.

Des risques variables

Toutes ces articulations sont indispensables aux mouvements permanents de notre corps, mais que se passe-t-il quand les articulations deviennent douloureuses ?

Lorsque toutes nos articulations fonctionnent bien et ne nous font pas souffrir, nous avons à peine conscience des mouvements que nous effectuons en permanence grâce à elles pour nous mouvoir.

Or, soit à la suite d’un accident, d’une maladie, de l’âge qui a une influence indéniable sur l’état de nos articulations, ces dernières peuvent devenir douloureuses et nous poser des problèmes dans nos mouvements les plus bénins.

Ces douleurs peuvent alors revêtir des formes plus ou moins graves comme l’arthrose, les rhumatismes ou alors, dans des pathologies que l’on qualifiera de sévères, de la polyarthrite rhumatoïde. Dans tous les cas, il s’agit d’inflammation, de raideur et/ou de déformation plus ou moins prononcée des articulations. Cela gêne considérablement la personne qui en souffre dans tous ses mouvements et peut générer une invalidité sérieuse dans les cas les plus graves.