Le guide de votre bien-être à domicile

Douleur articulaire

Le rôle complexe des articulations

femme docteur

© Yuri Arcurs - iStockphoto

Qu’il s’agisse des articulations majeures comme l’épaule, le poignet ou le genou, toutes ont une importance capitale dans nos mouvements, soit par rotation, soit par flexion.
  1. Quelle est la définition d’une articulation ?
  2. Comment est organisée une articulation ?
  3. Quelles sont les différentes sortes d’articulations ?
  4. Flexion, extension ou rotation : nos articulations fonctionnent selon une mécanique bien huilée !
  5. Toute cette belle mécanique des articulations est sous contrôle !

Quel que soit son emplacement dans le corps humain, l’articulation répond à une définition bien précise et joue un rôle qui lui est propre pour permettre d’effectuer les mouvements courants.

Quelle est la définition d’une articulation ?

On parle souvent de fonction articulaire qui, selon la définition, « consiste à permettre un mouvement des os les uns par rapport aux autres. » En fait, tous les cartilages qui composent les articulations s’imbriquent étroitement les uns aux autres et permettent des mouvements comme la flexion ou la rotation. Il convient de noter que chaque articulation a une fonction qui lui est dévolue selon le mouvement qui lui est dédié. Il en est de même pour les os sur lesquels elle est fixée. Ces derniers ont une spécificité et une forme bien précises en fonction de leur rôle au sein de l’articulation.

On constate donc que les articulations du corps humain sont complexes. Il en est de même pour leur organisation qui ne laisse rien au hasard pour permettre à toute personne de se mouvoir.

Comment est organisée une articulation ?

Chaque articulation du corps humain recense au minimum deux surfaces articulaires : un cartilage blanc doté d’une surface liquide qui facilite le glissement et le mouvement de l’articulation. Ce cartilage se trouve lui-même attaché à l’extrémité de l’os. L’espace qui est compris entre ces deux surfaces est nommé cavité articulaire. Enfin, il est à noter que les articulations sont maintenues par des ligaments, ces derniers s’adaptant aux mouvements effectués.

Comme le corps humain est particulièrement complexe, il recèle de nombreuses articulations ayant chacune un rôle bien spécifique et permettant une mobilité caractéristique.

Quelles sont les différentes sortes d’articulations ?

On recense : les synarthroses, les amphiarthroses, les diarthroses, les énarthroses, les trochléennes et enfin les condyliennes. Quel est le rôle de chacune de ces articulations ?

Les synarthroses. Aussi curieux que cela paraisse lorsqu’on parle des articulations, celles-ci sont totalement immobiles, alors que le but d’une articulation est justement la mobilité, permettant des mouvements d’une amplitude plus ou moins importante. Cela s’explique par le fait qu’elles sont en fait des soudures entre les différents os composant le cerveau. Ce sont bien sûr également les seules articulations qui n’ont pas de ligaments.

Les amphiarthroses. Contrairement aux précédentes, elles donnent l’opportunité de quelques mouvements, mais malgré tout d’une amplitude relativement limitée. Où se situent-elles dans le corps humain ? Ce sont soit les côtes et les vertèbres, soit l’articulation qui se situe justement entre deux vertèbres. Elles sont liées entre elles par des ligaments courts et plats.

Les diarthroses. Elles sont d’une structure beaucoup plus compliquée, car ce sont les articulations qui permettent d’effectuer des mouvements absolument dans tous les sens.

Les énarthroses, articulations de la hanche et de l’épaule, se présentent sous une forme ronde d’un côté et creuse de l’autre.

Les deux dernières articulations, les trochléennes (coude) et les condyliennes (coude et poignet) ont des formes qui varient selon l’articulation et l’endroit du corps humain où elles se situent.

Lorsqu’on parle des différentes catégories d’articulations, on les classe également en articulations structurales et fonctionnelles. De quoi s’agit-il ?

Les articulations structurales se caractérisent par la manière dont les os qui les composent sont joints les uns aux autres. Les articulations fonctionnelles font état de la mobilité existant entre les os articulés.

Toutes ces articulations, quelle que soit la famille à laquelle elles appartiennent, permettent d’effectuer des mouvements selon trois critères : la flexion, l’extension, la rotation.

Flexion, extension ou rotation : nos articulations fonctionnent selon une mécanique bien huilée !

Flexion et extension des articulations. On peut citer comme exemple d’articulations soumise à flexion et/ou extension, le genou et le coude. Ce sont les muscles, appelés fléchisseurs ou extenseurs, qui vont faire bouger l’articulation dès que l’on effectue un mouvement.

Quant à la rotation interne ou externe, on va la retrouver au niveau des mouvements par exemple de l’épaule et du poignet. Les articulations bougent grâce à des extensions qui se situent sur les côtés des surfaces articulaires. Dans ce cas, ce sont les muscles appelés rotateurs qui activent l’articulation, avec ce que l’on définit comme une rotation en dedans ou en dehors.

Toute cette belle mécanique des articulations est sous contrôle !

Dès que nous effectuons un mouvement, notre cerveau va être capable de repérer comment nos articulations sont appelées à travailler : ces signaux sont envoyés à ce que l’on appelle des capteurs de pression qui vont déclencher les mouvements. Ce sont les muscles dédiés à chaque articulation qui se mettent alors en activité. Dès que nous faisons un mouvement quel qu’il soit, c’est toute une coordination musculaire qui se déclenche et qui est gérée par le cervelet.

La motricité des articulations est extrêmement importante pour permettre à chaque individu de garder son autonomie de mouvement et de se déplacer sans problème. C’est pourquoi, lors d’accidents, il est extrêmement important de stimuler et de faire recouvrer cette motricité au patient.