Le guide de votre bien-être à domicile

Douleur articulaire

Actualités

Rhumatisme et météo : mythe ou réalité ?

Plus de six personnes souffrant de rhumatismes sur dix en seraient convaincues(1) : leurs douleurs s'intensifient par temps froid ou humide. Cette certitude est très fortement ancrée dans de nombreuses cultures : ainsi, en Chine, les deux idéogrammes composant le mot rhumatisme signifient "vent" et "humide" ! Au Japon ou en Allemagne, il existe même des bulletins télévisés dits de "météo-santé", durant lesquels les malades sont mis en garde des douleurs qu'ils risquent de ressentir… tout du moins si l'on s'en réfère aux croyances populaires.

Dès le début des années 1950, puis de façon répétée dans les années 1980, des chercheurs ont donc tâché d'évaluer les performances de "baromètres humains", qui affirmaient que leurs sensations articulaires annonçaient d'un changement de température, d'humidité ou de pression.

Constatant que les prédictions des personnes testées n'étaient pas plus fiables que si celles-ci étaient basées sur un tirage à pile ou face, un vent de scepticisme commença à souffler quant à l'origine météorologique des douleurs ressenties…
Mais tous les patients n'ont pas la prétention de pouvoir prédire le temps qu'il va faire. Et la plupart regrettent simplement que certaines de leurs douleurs deviennent plus vives quand le baromètre "monte" ou lorsque le thermomètre "baisse". Entre le début des années 1990 et le milieu des années 2000, plusieurs études ont cherché à comparer les données recueillies par des stations météorologiques avec les mentions d'épisodes douloureux par des patients (recension dans des agendas). Ces travaux ne permettent malheureusement pas d'écarter l'hypothèse "psychologique" évoquée plus haut. De l'avis de plusieurs chercheurs, ces conditions expérimentales la renforceraient même, puisque les patients savent qu'ils sont recrutés pour une étude sur le lien entre douleur articulaire et météorologie !

En 2007, des chercheurs de Boston ont eu l'idée d'analyser les données d'un essai clinique sur les effets d'un médicament contre les douleurs de l'arthrose, en se concentrant sur la population qui avait reçu des comprimés "témoins" (placebo). Les participants étaient répartis dans tous les Etats-Unis, et l'essai avait été réalisé sur de nombreux mois. A l'aide d'informations transmises par les stations météorologiques locales, les chercheurs ont conclu que l'intensité de la douleur liée à l'arthrose du genou pourrait "être influencée de façon modeste par le temps", en l'occurrence par des baisses de température et des hausses de pression. Mais les effets mesurés sont incroyablement faibles : il faut que la température diminue de 5,5°C pour faire diminuer le "score de douleur" (noté sur 20 par les patients) de… 0,1 point !

Or, comme l'on fait observer d'autres auteurs, l'origine de ces variations de la douleur ressentie pourrait être simplement due au fait que lorsque le temps est moins clément, les patients sortent moins. Pour peu qu'ils restent dans une même position plus longtemps qu'à l'accoutumée, ils seront plus enclins à ressentir des douleurs articulaires !